Partagez
Aller en bas
avatar
Tchoutchou
Membre très actif
Membre très actif
Messages : 455
Date d'inscription : 16/11/2016

Business moines

le Dim 12 Fév 2017, 21:04
En ce moment sur la 5 un documentaire "Business moines" sur le commerce produit dans les monastères et couvents. Parmi les produits bien sûr des cosmétiques avec l'exemple du couvent de Chantelle dans l'Allier (Cyril doit connaître), très instructif même si ça reste généraliste sans être dans le spécifique du cosmétique rasage.

A voir sur pluzz sinon.
avatar
Luminoso
Pilier
Pilier
Messages : 20500
Date d'inscription : 10/10/2013
Age : 61
Localisation : Genève-Suisse

Re: Business moines

le Dim 12 Fév 2017, 22:56
Tchoutchou a écrit:En ce moment sur la 5 un documentaire "Business moines" sur le commerce produit dans les monastères et couvents. Parmi les produits bien sûr des cosmétiques avec l'exemple du couvent de Chantelle dans l'Allier (Cyril doit connaître), très instructif même si ça reste généraliste sans être dans le spécifique du cosmétique rasage.

A voir sur pluzz sinon.

Le commerce dans les monastères et couvents n'est pas nouveau, quel que soit le produit. Tout ce qui rentre, fait vente. clown
avatar
Tchoutchou
Membre très actif
Membre très actif
Messages : 455
Date d'inscription : 16/11/2016

Re: Business moines

le Lun 13 Fév 2017, 03:05
Le documentaire explique que c'est une pratique ancienne.
avatar
Trognon
Membre très actif
Membre très actif
Messages : 355
Date d'inscription : 17/08/2015
Localisation : Trop haut , trop froid .

Re: Business moines

le Lun 13 Fév 2017, 08:11
Oui oui !!!!! laissons les moines faire nos petites bières
avatar
54gasp
Pilier
Pilier
Messages : 10555
Date d'inscription : 14/01/2014
Age : 40
Localisation : Toul

Re: Business moines

le Lun 13 Fév 2017, 08:54
Pas vu le doc.
Mais les communautés religieuses ont de tout temps fait du commerce.
Spéciale dédicace à Dom Perrignon Wink
Les ventes de bougies, savons, miel, icônes, fromages ou bière sont une source de revenus pour eux pour l'entretien des locaux qui doit coûter une blinde.
avatar
trois6
Membre actif
Membre actif
Messages : 198
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 27
Localisation : Rennes

Re: Business moines

le Lun 13 Fév 2017, 09:45
Je connais pas mal le sujet ayant réalisé un mémoire de Master d'Histoire sur l'histoire économique d'une abbaye trappiste (Port du Salut pour les amateurs de fromages).

Le doc n'était pas si mal on saisissait bien les enjeux et les problématiques de cette activité.
Les communautés en ont besoin pour vivre et pour entretenir leurs monastères mais n'ont ni la formation nécessaire, ni l'envie de lui accorder trop d'importance.

En France c'est un peu plus compliqué qu'en Belgique par exemple où l'état soutient ou a soutenu plus facilement les monastères. Ayant visité plusieurs fois l'abbaye de Scourmont (où on produit la Chimay) je peux vous assurer que là bas la réussite économique de l'abbaye ne soulève pas de débat et toute la région en profite !
avatar
jde42
Admin
Admin
Messages : 15226
Date d'inscription : 12/11/2010
Age : 58
Localisation : Isère

Re: Business moines

le Lun 13 Fév 2017, 11:08
54gasp a écrit:
Les ventes de bougies, savons, miel, icônes,  fromages ou bière sont une source de revenus pour eux pour l'entretien des locaux qui doit coûter une blinde.

Et l'église catholique tirant un peu le diable par la queue (Ah ah ah !) on comprend qu'ils doivent se débrouiller eux-mêmes pour entretenir le bazar. Et, si possible, faire remonter quelques deniers à Rome. Very Happy
avatar
jde42
Admin
Admin
Messages : 15226
Date d'inscription : 12/11/2010
Age : 58
Localisation : Isère

Re: Business moines

le Lun 13 Fév 2017, 11:11
trois6 a écrit:

Les communautés en ont besoin pour vivre et pour entretenir leurs monastères mais n'ont ni la formation nécessaire, ni l'envie de lui accorder trop d'importance.

3 Pater et 2 Ave, ça éloigne toutes les bactéries Very Happy
avatar
Tchoutchou
Membre très actif
Membre très actif
Messages : 455
Date d'inscription : 16/11/2016

Re: Business moines

le Lun 13 Fév 2017, 11:34
Le port salut est toujours fabriqué par les moines ? L'eau de mélisse, je crois qu'elle n'est plus faite par les Carmes Boyer.
avatar
trois6
Membre actif
Membre actif
Messages : 198
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 27
Localisation : Rennes

Re: Business moines

le Lun 13 Fév 2017, 12:11
Tchoutchou a écrit:Le port salut est toujours fabriqué par les moines ? L'eau de mélisse, je crois qu'elle n'est plus faite par les Carmes Boyer.

Oh non, plus depuis les années 60 ! Ils avaient du vendre le brevet car en très grande faillite après la seconde guerre... Mais ils en restent les créateurs et la quasi totalité des fromages dits "trappistes" en sont des copies autorisées.
avatar
Tchoutchou
Membre très actif
Membre très actif
Messages : 455
Date d'inscription : 16/11/2016

Re: Business moines

le Lun 13 Fév 2017, 16:02
Merci, j'aurais appris quelque chose.
avatar
trois6
Membre actif
Membre actif
Messages : 198
Date d'inscription : 11/08/2016
Age : 27
Localisation : Rennes

Re: Business moines

le Lun 13 Fév 2017, 16:31
Je me permets de vous poster un résumé de mes travaux. Ca ne mange pas de pain et si ça peut intéresser ne serait-ce qu'une personne alors c'est déjà ça =)

Spoiler:
De leur épopée en Suisse et en Allemagne, les moines qui ont fondé Port-du-Salut en 1815 ont rapporté un savoir-faire fromager que l'Ouest français n'avait jamais développé jusque là. C'est la raison pour laquelle la communauté a fait le pari de l'élevage laitier et a entraîné dans son sillon bien des paysans des environs. A l'heure où la Mayenne est la capitale mondiale du fromage, il est important de rappeler que le Port-Salut a été le premier fromage produit dans le département !

L'ascension d'un fromage unique

Propriétaires d'une ferme imposante, les moines de Port-du-Salut ont du rapidement trouver un moyen d'utiliser les surplus de lait produit par leur cheptel bovin. Influencé par les fromages suisses et néerlandais, le Port-Salut n'en reste pas moins un fromage unique ; une création originale, « moelleux au doigté, présentant peu de trous à la coupe et qui a une tranche humide, qui sue le beurre ». Au milieu du xixe siècle, convaincus par les rares personnes extérieures à la communauté qui l'ont goûté, les moines placent leur fromage au marché de Laval. Le succès des ventes leur donne l'idée de développer le secteur fromager afin de répondre aux demandes croissantes d'une communauté de plus en plus importante. Dès 1862, le Port-Salut est vendu sur le marché parisien. Là encore, le succès est au rendez-vous, comme l'explique le chroniqueur : « M. Mauget s'était chargé de vendre nos fromages [à Paris]. Lorsque sa voiture revenait de la gare, aussitôt qu'on pouvait l’apercevoir, il hissait une enseigne portant ces mots : arrivage de fromages. A l'instant accouraient tous les clients et en moins d'une heure tout était enlevé. » Port-du-Salut est alors une fromagerie de pointe aux installations modernes et imposantes qui se fournit en lait auprès de plus de 300 paysans des environs. Tout au long de la deuxième moitié du xixe siècle les récompenses dans divers salon et concours nationaux s'enchaînent jusqu'à l'apogée et la médaille d'or de l'exposition universelle de Londres. Dès lors, le Port-Salut est un fromage reconnu et … copié par de nombreux fromagers français. Une concurrence déloyale et illégale que l'abbaye a mis près d'un demi-siècle a stopper.

Contre la concurrence, les religieux s'aident de laïcs

Dans le contexte politico-religieux houleux du début du xxe siècle, les congrégations sont forcées de confier leurs économies à des sociétés anonymes ou civiles de façade pour éviter tout conflit avec l'état et le fisc. Ainsi, en 1907, est créée la société anonyme de Port-du-Salut, propriétaire de l'abbaye et de ses moyens de production économiques et dont les moines sont employés. Les dirigeants de cette entreprise sont laïcs et, bien que dédiés à la cause du monastère, leurs rapports sont parfois difficiles avec la communauté. C'est pourtant main dans la main qu'ils affrontent la concurrence entre les deux guerres mondiales, accompagnés par d'autres fromageries cisterciennes au sein d'un syndicat de défense du Port-du-Salut. L'idée est simple : depuis des décennies, des fromageries de tous horizons produisent un fromage de type Port-Salut et y apposent la marque qu'ils coïncidèrent, à tort, comme un nom générique ; la communauté cherche à défendre la propriété intellectuelle de la dénomination « Port-Salut » et a faire stopper toutes les contrefaçons. Dans les années 1930, le président charismatique de la société anonyme, Raphaël Jenvrin, prend les choses en main aux côtés de Dom Edmond Neveu, huitième abbé de Port-du-Salut. Les quelques avancées qu'ils obtiennent sont malheureusement freinées par le déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale et ce n'est qu'à la Libération que le verdict tombe enfin. La marque « Port-Salut » est reconnue comme propriété de la communauté trappiste et son usage est désormais restreint aux uniques mandataires de celle-ci. Mais en contre-partie un nom générique est créé afin de permettre aux fromagers déchus de continuer leurs productions similaires à celle des trappistes d'Entrammes : le « Saint-Paulin ».

La vente du Port-Salut

Le monde fromager d'après guerre est celui de la pasteurisation à outrance, des productions de masse et des produits standardisés. Peu a peu les fromageries historiques se font grignoter et finissent par disparaître, ou être rachetées. L'entreprise des trappistes n'y échappe pas. Dépassée technologiquement et financièrement, la communauté décide, après avoir tenté de développer un marché américain qui aurait pu être salvateur, de vendre sa marque aux Fermiers Réunis. En 1959 un contrat de session définitive est conclut et l'usine de production de la SAFR s'installe juste à côté du monastère. En parallèle, les religieux reviennent à la production raisonnable d'un fromage traditionnel au lait cru baptisé « Fromage de l'Abbaye ». Ils n'arrêteront cette activité que dans le courant des années 1980 avec le sentiment d'avoir grandement participé au développement de l'agriculture, de l'industrie et du commerce mayennais.


Dernière édition par trois6 le Lun 13 Fév 2017, 19:02, édité 1 fois
avatar
LeGaulois
Référent
Référent
Messages : 2385
Date d'inscription : 19/07/2011
Age : 56
Localisation : Essonne

Re: Business moines

le Lun 13 Fév 2017, 18:36
J'adore le fromage du Mont des Cats de l'abbaye de même nom.
Contenu sponsorisé

Re: Business moines

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum